Aujourd’hui, grâce aux réseaux sociaux et aux réseaux professionnels comme LinkedIn ou Viadeo, les recruteurs en savent beaucoup sur les postulants avant même de les rencontrer. De leur côté, les candidats sont très bien renseignés sur les entreprises.

Si en France, on aime cultiver notre différence, on observe finalement que nos pratiques RH commencent, elles aussi, à intégrer les usages de nos voisins anglo-saxons : plus de marketing, plus de technologies, plus de transparence et plus de digital.

« Si les nouvelles technologies ont accéléré et facilité l’accès à l’emploi et aux meilleurs candidats, elles ont aussi modifié en profondeur le fonctionnement classique d’un recrutement : culture de l’ultra-réactivité, logique de marque employeur répondant à la “consommation d’emploi”, explosion des données disponibles sur les entreprises et candidats… », constate Grégoire Chevallier, gérant de Square Facts, une entreprise spécialisée dans la collecte, la vérification et l’authentification des informations sur des personnes physiques et morales.

De nouveaux outils. Pour s’adapter aux attentes et aux pratiques des nouvelles générations – que l’on peut qualifier d’hyperconnectées, impatientes et volatiles –, il a fallu créer des outils innovants : « serious games », applications mobiles RH, analyse de données candidat en ligne, omniprésence du format vidéo, afterwork, job datings…« Depuis l’émergence des sites emplois au début des années 2000, le recrutement a pris une dimension digitale, explique Sébastien Canard, co-fondateur d’Open Sourcing, société spécialisée dans la recherche et la présélection de candidats sur Internet.

L’innovation est telle qu’il est désormais possible d’automatiser une partie de l’étape de la présélection de candidatures à travers la mise en place d’outils de tri. Des algorithmes de scoring se chargent de collecter des données et permettent ainsi de repérer plus facilement le “match” entre les candidats et les entreprises sur des postes précis.

« Ce dispositif profite notamment aux entreprises ayant des postes identiques à pourvoir, et aux candidats pour qui les qualifications requises sont plus ou moins modérées ».

Lire la suite de l’article Pharmacien Manager >